Le 26 septembre 2021, l'Allemagne a organisé des élections fédérales pour un nouveau parlement, le Bundestag. Pendant longtemps, durant la campagne électorale, trois partis s'attendaient à ce que leur candidat finisse par accéder à la chancellerie. Mais dans les semaines précédant l'élection, les Verts ont pris du retard dans les sondages. Les partis syndicaux (CDU et CSU) étaient à plusieurs points de pourcentage derrière les sociaux-démocrates du SPD.

Quelques résultats inattendus des élections fédérales

Le soir de l'élection, la course entre la CDU/CSU et le SPD a été beaucoup plus serrée que prévu initialement. Selon les résultats préliminaires, le SPD a obtenu 25,7 % des secondes voix (voix de parti) (+5,5 %), tandis que la CDU/CSU a obtenu 24,1 % (-8,9 %), son plus mauvais résultat dans l'histoire de la République fédérale.

Le troisième parti le plus fort était les Verts avec 14,8%. Bien que le parti ait pu améliorer sa cote de popularité de manière significative par rapport aux dernières élections fédérales (+5,9%), il n'a pas atteint les résultats étonnants du printemps dernier.

Les libéraux du FDP ont atteint 11,5 % (+0,8 %). L'AfD, le parti populiste de droite, perd des voix par rapport à 2017 et atteint 10,3 % (-2,3 %). Après la CDU/CSU, le Parti de gauche a perdu le plus de voix, manquant de peu la barre des 5 % avec 4,9 % (-4,3 %). Toutefois, la gauche fera partie du Bundestag. Une disposition spéciale de la Constitution permet à un parti d'entrer au Bundestag en tant que parti parlementaire s'il remporte au moins trois mandats directs lors des élections fédérales, même s'il n'atteint pas la barre des 5 %.

Le Südschleswigsche Wählerverband (SSW), un parti de la minorité danoise du nord de l'Allemagne, fera également son entrée au Bundestag en tant que parti des minorités nationales. Cela se fait au sens de la loi électorale fédérale avec un député, même s'il n'a réussi à rassembler que 0,1% des voix au niveau national.

Le taux de participation a été de 76,6 %, soit le même niveau que lors de la dernière élection du Bundestag en 2017.

Réactions des médias sociaux aux élections fédérales

wpDataChart avec l'ID fourni n'a pas été trouvé !

Les données sur les followers ne sont pas un indicateur de popularité. Cependant, l'augmentation beaucoup plus forte du nombre de followers pour Olaf Scholz indique que la sphère des médias sociaux s'attend à ce qu'il soit le prochain chancelier. De même, Anna-Lena Baerbock et Christian Lindner voient leur nombre de followers augmenter car leur rôle dans la construction de la future coalition domine l'ensemble du processus. (voir d'autres décideurs politiques en vogue)

Un Bundestag en grande partie explosé

En raison des particularités du système électoral allemand avec les mandats surnuméraires et compensatoires, le nouveau Bundestag sera encore plus grand que le précédent. Selon les résultats préliminaires, il sera composé de 735 députés, soit 26 députés de plus qu'actuellement.

Un changement démographique dans les élections fédérales

D'un point de vue démographique, les jeunes électeurs éligibles ont de plus en plus voté pour les Verts et le FDP, tandis que les électeurs plus âgés ont eu tendance à voter pour le SPD et la CDU/CSU. Il est remarquable que la " prime au candidat", qui permet à un parti d'obtenir un vote "simplement" grâce au candidat le plus en vue du parti, ait joué de manière très différente pour les deux candidats à la chancellerie de l'Union et du SPD, bien que les deux personnes aient une expérience relativement importante de la direction.

Alors que 37 % des électeurs du SPD ont choisi leur parti en raison du candidat Olaf Scholz, seuls 19 % ont choisi la CDU en raison d'Armin Laschet. N'oublions pas, cependant, qu'Angela Merkel n'a obtenu qu'un score de 16 % lors de sa première élection en 2005.

Options de la coalition

Selon les résultats préliminaires, il existe plusieurs options possibles de coalitions. La seule coalition bipartite qui pourrait obtenir une majorité serait la "Grande Coalition" du SPD et de la CDU/CSU. Cette fois-ci, elle serait dirigée par le SPD et non par la CDU/CSU, qui avait dirigé la précédente grande coalition. Toutefois, une telle alliance n'est actuellement privilégiée par aucun des deux partis et n'est donc pratiquement pas discutée.

Il est plutôt probable que le nouveau gouvernement sera basé sur une alliance de trois partis, pour la première fois depuis les années 50. Deux options sont possibles : Une "alliance de la Jamaïque" entre les partis de l'Union, les Verts et le FDP, et une "coalition des feux de signalisation" entre le SPD, les Verts et le FDP. Pour les partis, les coalitions auraient chacune des implications différentes et massives :

La coalition de la Jamaïque

Pour la CDU, qui souhaite rester au pouvoir, la "Jamaïque-Coalition" serait le meilleur scénario. Le parti serait à la tête d'une telle coalition et serait potentiellement en mesure de désigner le chancelier. Les Verts et le FDP, forts de leurs gains importants lors de cette élection, pourraient exiger relativement beaucoup du plus grand parti afin d'entrer dans une coalition. Dans un tel scénario, le SPD deviendrait le parti d'opposition le plus fort et pourrait, grâce à un travail d'opposition important, se battre à nouveau pour la chancellerie dans quatre ans.

La coalition des feux de circulation

Une "coalition de feux de signalisation" représenterait le pire scénario pour les partis de l'Union. Ils ne participeraient pas au gouvernement et joueraient le rôle de l'opposition forte. Tant pour le SPD, qui fournirait le chancelier, que pour les Verts, une telle coalition serait la nette préférence.

Les deux partis ont des chevauchements relativement importants dans leur contenu politique et seraient rapidement en mesure de s'entendre sur une alliance. Un rôle particulier serait joué par le FDP qui, en tant que parti "bourgeois", serait flanqué de deux partis de gauche et représenterait l'"intrus". Le SPD et les Verts devraient donc se rapprocher du FDP et lui faire des offres correspondantes.

Premières tendances au soir des élections fédérales

Dès le soir des élections, les Verts et le FDP ont laissé entendre qu'ils allaient entamer des discussions entre eux pour trouver des terrains d'entente. Cela démontre la confiance en soi de ces deux "petits" partis et indique que les deux partis les plus forts, qui dirigeraient les coalitions respectives et désigneraient le chancelier, devront dans un premier temps attendre la fin de leurs discussions.

Les résultats des élections donnent aux deux "petits" partis un fort levier vis-à-vis du SPD et de la CDU/CSU pour prendre pied dans l'appareil législatif de la fédération. Alors que les Verts ont tendance à favoriser une "alliance des feux de signalisation" dirigée par le SPD, le FDP est clairement favorable à une "coalition Jamaïque" dirigée par l'Union. Les Verts, contrairement au FDP, dépendent de l'accord préalable de la base de leur parti pour rejoindre une coalition. Étant donné que la base du parti est considérée comme étant nettement plus "de gauche" que la direction du parti, cette dernière doit négocier un très bon accord afin de satisfaire la base. Cela serait plus facile dans une "coalition de feux de circulation" que dans une "coalition Jamaïque". Le FDP, quant à lui, n'a besoin que de l'accord de la direction du parti, ce qui serait soi-disant plus facile à réaliser.

Une ligne de temps ouverte avec les premières frictions

Le président fédéral (Bundespräsident), le chef de l'État allemand, ne joue pratiquement aucun rôle dans la formation d'un nouveau gouvernement. Les partis ont le droit d'entamer des négociations de coalition comme bon leur semble. À la fin des sondages et des négociations de coalition, le président propose le nouveau chancelier à l'élection du Bundestag.

Le Bundestag nouvellement élu doit, selon la Constitution, se constituer 30 jours après l'élection. La présidence du Parlement sera assurée par un représentant du groupe parlementaire le plus fort, les sociaux-démocrates. Les postes centraux des groupes parlementaires sont généralement pourvus par intérim. Dès le lendemain de l'élection, les premières divergences sont apparues au sein du présidium de l'Union concernant ces postes. Selon un rapport, Armin Laschet avait demandé à l'actuel chef du parti parlementaire, Ralph Brinkhaus, de rester en fonction "provisoirement" pour le moment et de reporter l'élection du poste. Cependant, Brinkhaus a rejeté cette demande et a souligné qu'il souhaitait être réélu. Ceci illustre les tensions au sein du parti et de sa direction.

La perspective de la politique de santé

En principe, il faut s'attendre à de longues et difficiles discussions exploratoires et de coalition. Du point de vue de la politique de santé, qui intéresse particulièrement les clients du RPP, il ne semble pas y avoir de lignes rouges sérieuses sur lesquelles une coalition échouerait. De telles lignes rouges seraient plus susceptibles de se trouver chez les Verts sur la question du climat et de la protection de l'environnement. Les dirigeants libéraux avaient déjà exprimé leur compréhension pour les positions des Verts le soir de l'élection. Pour les libéraux, de telles lignes rouges se trouvent plutôt dans les domaines de l'innovation et des libertés économiques.

De nombreux députés, qui ont été impliqués dans la politique de santé au cours de la dernière législature, ont été réélus. Pour le SPD, il s'agit de Martina Stamm-Fibich, Sabine Dittmar, le Dr Edgar Franke et Dirk Heidenblut. Pour les partis de l'Union, Tino Sorge, Erich Irlstorfer et le Dr Georg Kippels restent en place. Pour les Verts, il y a également des retrouvailles avec des "visages familiers", par exemple le Dr Kirsten Kappert-Gonther, Janosch Dahmen, Maria Klein-Schmeink et Kordula Schulz-Asche. Pour les libéraux, le professeur Andrew Ullmann, Christine Aschenberg-Dugnus, Katrin Helling-Plahr et Nicole Westig font leur retour au Bundestag.

Les membres nouvellement élus du Bundestag qui s'intéressent aux questions de politique de santé sont Christoph Schmid (SPD, Bavière), Christina Stumpp (CDU, Bade-Wurtemberg), Johannes Wagner (Verts, Bavière), Saskia Weißhaupt (Verts, Bavière) et Kristine Lütke (FDP, Bavière). Vous pouvez déjà suivre ces décideurs politiques sur policy-insider.ai et explorer les activités précédentes et les déclarations sur les médias sociaux autour du sujet qui vous intéresse.


À propos de l'auteur : Lutz Dommel est l'ancien chef de cabinet d'un membre du Parlement européen, actuellement PDG du groupe RPP et cofondateur de policy-insider.ai.

Cet article a été initialement publié en anglais. Les traductions ont été générées automatiquement et peuvent comporter des erreurs.